Si vous désirez lire la vie de Saint Benoît telle que la rapporte son biographe, Saint Grégoire le Grand, vous pouvez le faire en appuyant sur le bouton ci-dessus.

enoît naît de parents chrétiens vers l’an 480 à Nursie, en Ombrie (Italie). Voulant rompre avec le monde, il abandonne ses études à Rome et se retire dans une grotte près de la ville actuelle de Subiaco pour chercher Dieu dans la solitude et la prière. 



ientôt, sa renommée d’homme de Dieu lui attire de nombreux disciples. Benoît les regroupe en douze petits monastères qui vivent sous sa direction. Vers 529, des ennuis l’obligent à quitter cet endroit et il va s’établir sur le mont Cassin avec quelques compagnons, où il fonde un monastère appelé à un très grand rayonnement.

C’est durant cette dernière étape de sa vie que, peu à peu, il rédige sa Règle des moines, seul écrit que nous ayons de lui. Il meurt vers 547.






ne règle monastique est un document écrit qui permet d’organiser la vie des diverses communautés monastiques. Elle est le fruit d’une expérience vécue et d’une tradition spirituelle. 

Lorsque Benoît écrit sa Règle des moines, le monachisme existe depuis près de trois siècles déjà. Se faisant l’héritier et le continuateur de cette tradition, Benoît opère une synthèse de divers courants monastiques et nous livre une règle assez complète qui, grâce à sa capacité d’adaptation, a pu être maintes fois transposée dans l’espace et le temps. 









ans ses Dialogues, saint Grégoire le Grand (540-604) nous dit que Benoît «écrivit pour les moines une règle remarquable surtout par sa modération et la clarté de son langage», ce qui explique l’influence prépondérante qu’elle n’a pas tardé à exercer. En 817, lors de la réforme monastique de Benoît d’Aniane, elle est adoptée comme norme de vie par tous les monastères carolingiens. C’est pourquoi, par sa Règle, Benoît est considéré comme le "Patriarche des moines de l'Occident". 

Benoît, bien qu’épris d’absolu, est un homme pondéré et soucieux des personnes. Il cherche aussi bien à rassurer le débutant et à encourager le faible qu’à inviter le plus fort au dépassement. Grâce à son équilibre et à sa modération, il a rendu le monachisme plus accessible et, pour des générations de moines et de moniales, sa Règle a été l’instrument précieux d’une recherche de Dieu. 



ous allons donc fonder une école où l’on apprenne le service du Seigneur.
En l’instituant, nous espérons n’y rien établir de rigoureux. Ni rien de trop pénible.
Si toutefois nous allons jusqu’à un peu de rigueur, garde-toi de fuir,
sous l’effet d'une crainte subite, la voie du salut dont l’entrée est toujours étroite;
car à mesure que l’on avance dans la bonne vie et dans la foi,
le cœur se dilate et l’on se met à courir la voie des préceptes de Dieu
avec une ineffable douceur d’amour. »

Règle de saint Benoît, extrait du Prologue